Construire une terrasse en bois comment faire ?

Comment construire une terrasse en bois dans le prolongement de sa maison ou dans son jardin ? Quelles sont les étapes à respecter pour arriver à un résultat optimal ? Les modèles en kit permettent en effet à tout particulier d’installer soi-même une terrasse chez soi, à un prix très accessible, mais il faut avoir la bonne méthode pour réussir la construction. Voici donc comment faire.

Demander les autorisations administratives pour construire sa terrasse

Avant de se lancer dans la construction même de sa terrasse, il faut obtenir les autorisations administratives nécessaires ; il faut effectuer une déclaration préalable ou se faire délivrer un permis de construire en fonction de l’emprise au sol. Pour ne pas se tromper, il est préférable de se renseigner auprès de la mairie de sa commune. Cette première étape obligatoire est l’occasion de bien réfléchir à l’emplacement de la terrasse ; idéalement, il faut une bonne exposition au soleil, et un endroit protégé des intempéries et du vent, pour assurer à l’équipement une belle longévité. Si l’on choisit de construire sa terrasse en hauteur, il faudra aussi penser à l’installation d’un escalier pour y accéder. C’est également à ce moment-là qu’il faut prévoir le budget consacré à la construction de la terrasse, en prenant en compte tous les éléments nécessaires, matériaux comme outils.
En savoir plus pour les autorisations administratives et permis de construire grâce à notre dossier

Choisir la structure de la terrasse en bois

Plusieurs solutions sont possibles concernant le projet de construction d’une terrasse en bois. En effet, en fonction de la nature du sol notamment, différents modes constructifs sont à distinguer : construction sur une dalle béton, sur un sol stabilisé ou sur un sol non stabilisé. La première est la plus simple, les lambourdes pouvant être fixées directement sur le béton grâce à des chevilles à frapper, un jeu étant assuré sous les lambourdes au moyen de cales qui peuvent être plates, crantées voire en caoutchouc. La pose sur un sol stabilisé se fait au moyen de plots réglables de tailles variables ; il est important de ne pas les espacer de plus de 65 centimètres, afin que la terrasse en bois sont conforme au DTU 51-4 ; ce relatif espacement permet en outre d’assurer une bonne répartition des charges sur le sol, sans créer un risque d’enfoncement des flasques des plots. La troisième option est la plus délicate ; poser une terrasse en bois sur un sol non stabilisé nécessite des vis spécifiques pour assurer un ancrage parfait sur le terrain.

Choisir le platelage (les lames de terrasse)

La deuxième étape consiste à s’intéresser aux matériaux qui composeront la terrasse. Les gammes de lames pour terrasse en bois sont en effet très étendues ; on peut grosso modo distinguer :
– les bois naturels, regroupant les résineux et les bois durs
– les bois naturels modifiés qui comprennent les bois thermotraités (à haute température), les bois traités en autoclave aux sels de cuivre et les bois imprégnés, densifiés et thermo-chauffés – les bois composites, qui sont un mélange de bois et d’autres matériaux tels que du PVC ou du Polypropylène Haute densite (PPHD).

Chaque essence de bois a ses propres caractéristiques, en termes de teintes, de grisonnement, de fil, de densité, ainsi que des propriétés mécaniques spécifiques.

Délimiter le pourtour de la terrasse

Une fois les matériaux réunis, il faut préparer le terrain et tracer au sol les plans pour construire une terrasse en bois avant de se lancer dans les travaux. Des piquets et des cordes permettent de délimiter concrètement les pourtours de la construction, en respectant bien les dimensions conseillées. Cela permet d’avoir une vue d’ensemble avant l’étape de pose en elle-même. C’est le plan préalablement dessiné reporté grandeur nature sur l’emplacement qui accueillera la future terrasse.

Mettre à hauteur et égaliser le terrain

Le terrain doit être travaillé avant même l’installation des fondations, ce qui permet d’avoir une terrasse à niveau qui ne risque pas de s’affaisser. Il faut mettre à hauteur et égaliser le terrain, ce qui se fait principalement à l’aide d’un râteau. C’est à ce moment-là qu’il faut également envisager quel sera l’éventuel revêtement de la terrasse en bois, pour connaître ce que l’on appelle dans le jargon technique l’épaisseur de fouille ; il faut généralement compter une quarantaine de centimètres. Si l’option choisie n’est pas celle de la dalle en béton, il est possible de suivre ce conseil pour éviter les mauvaises herbes : il existe en effet dans les magasins de bricolage des bandes à poser avant la construction de la terrasse, réalisées dans un matériau géotextile, qui va recouvrir la terre et empêcher le développement de tout végétal.
Ensuite, le support peut être installé, qu’il s’agisse de parpaings, de plots ou de la chape béton, selon les conseils déjà donnés. Beaucoup de rigueur est requise : c’est le support même de la terrasse et de tout ce qui s’y trouvera : mobilier de jardin, barbecue, piscine sans oublier les personnes. Si l’on choisit des plots, il est conseillé d’opter pour des plots réglables en hauteur, ce qui facilite la mise à niveau de la terrasse.

La construction même de la terrasse

Une fois tous ces préalables réalisés, les travaux même de construction peuvent commencer. Un peu de technique est nécessaire pour concrétiser à la perfection le projet de terrasse. Il s’agit de poser les lames, les dalles ou les caillebotis en bois. Certaines découpes seront alors nécessaires. Il faut être particulièrement minutieux et équipé d’un mètre et d’un marqueur pour bien visualiser les repères de coupe. Une scie circulaire est préférable à tout autre instrument, car elle fera des découpes très nettes.
L’ossature de la terrasse en bois : Pour commencer, il faut poser les premières dalles ou lames de bois sur le support, en suivant la délimitation opérée, laquelle, si elle a bien été effectuée, rendra l’opération très facile. La première lame doit être posée au bord extérieur de la terrasse, à l’aplomb direct du bord des lambourdes, en allant vers l’intérieur. Une cale doit être positionnée entre le mur et la lame, d’une largeur de 10 millimètres. Une fois ces lames installées, le vissage peut se faire ; il s’agit d’ancrer les lames au support ; une visseuse électrique est recommandée pour le confort du bricoleur. Les clous sont à bannir, au profit des vis ; il faut bien se renseigner pour choisir une visserie adaptée à l’essence de bois utilisée. Certaines lames peuvent être courbées ; il faut alors les redresser, pour un alignement parfait en fin de construction ; ce déccintrage se réalise notamment avec une sangle ou un redresseur de lames.

Quelques conseils pour éviter les mauvaises surprises

Il n’est pas évident de réaliser soi même une terrasse en bois ; voici pour finir quatre conseils pour éviter de fréquentes erreurs au cours des travaux. Il est important en premier lieu de choisir des matériaux de qualité, et notamment un bois de classe 4 pour la structure ; les lambourdes doivent ressortir de la même classe que les lames. Pour pallier le risque d’une rapide corrosion des éléments métalliques, il est préférable de se tourner vers des vis en acier inoxydable ; il en est de même pour les équerres ou sabots, qui peuvent également être en acier galvanisé à chaud. Ensuite, il ne faut pas oublier la pente : si l’on a parlé d’égaliser le terrain, il ne faut cependant pas omettre le fait que la surface sur laquelle viendra prendre place la terrasse doit avoir une pente d’au moins 5% pour l’évacuation des eaux de pluie ; le point le plus élevé doit se situer du côté de la maison, pour ne pas risquer des infiltration d’eau dans le logement. Troisième conseil, les lambourdes doivent être idéalement posées non directement sur le sol, mais sur des plots polymères de terrasse ; si elles le sont sur des plots en béton, il faut les isoler avec des cales en plastique imputrescible. Enfin, on a tendance à se dire qu’il faut serrer au maximum les lames de la terrasse en bois : c’est une grave erreur ! En effet, le bois est un matériau qui travaille dans le sens de la largeur, se rétractant et se dilatant sous l’effet de l’humidité et de la sécheresse ; il faut donc prendre en compte ces futurs mouvements et pendant le montage, utiliser des cales de cinq millimètres pour créer un espacement régulier entre les lames ; cela permettra également aux eaux pluviales de bien s’évacuer.

Si ces différentes étapes vous effraient, et que vous craignez de ne pouvoir construire une terrasse en bois, adressez-vous à un professionnel afin de demander un devis pour la réalisation d’une terrasse dans votre jardin. C’est l’assurance d’une construction sans défaut, ni difficultés pour vous. Il ne vous restera plus qu’à vous charger de l’entretien régulier de votre terrasse en bois. Par exemple, il faut savoir que les lames de bois d’extérieur grisent, phénomène normal et naturel, que vous pouvez ralentir au moyen de produits spécifiques comme les saturateurs ; les bois composites requièrent quant à eux moins d’entretien. Il ne faut idéalement pas utiliser de nettoyeur haute pression, qui enlèvent les fibres du bois et peut abîmer les essences les plus fragiles, et préférer un balai manuel imbibé d’eau tiède et de lessive douce.

Caillebotis bois pour terrasse
ConstructionCaillebotis bois pour terrasse
Terrasse maison : les différents types et formes de terrasse
ConstructionTerrasse maison : les différents types et formes de terrasse
Pourquoi et comment construire une terrasse surélevée
ConstructionPourquoi et comment construire une terrasse surélevée
Demandez Votre Devis Gratuit ? Réponse Sous 24 Heures !

Demandez Votre Devis Gratuit